Montesquieu FC U13 : site officiel du club de foot de MARTILLAC - footeo

La papèterie

La papeterie de Beautiran 

"Il faut s’approprier l’Histoire"

L’exposition sur la papeterie, organisée à l’espace culturel a rassemblé un large public venu découvrir ou revivre le passé de Beautiran...

Des entreprises aux activités diverses et bientôt les ateliers municipaux... Qui pourrait penser, sans connaître le passé de Beautiran, que durant soixante-quinze années, en ce même lieu, une papeterie a existé ; qu’elle a été un des plus gros employeurs du Sud-Gironde ?

Le maire, Yves Mayeux, a souligné à juste titre, lors de l’inauguration de l’exposition municipale consacrée à la papeterie, l’importance du travail de mémoire. « Il faut s’approprier cette histoire afin d’entretenir nos racines et rendre hommage à ceux qui l’ont construite ».

Yves Mayeux a rappelé les différentes étapes de la vie de cette activité économique dans la commune : l’installation de la société « Le Kraft Français » en 1924 sur la propriété du château puis la sacherie, en 1938, et enfin, aujourd’hui, le rachat d’une partie des bâtiments par la commune. 
« C’était une entreprise intégrée dans la vie de la cité et qui la faisait vivre », a ajouté le premier magistrat, parlant de « ciment social » et de l’implication dans la vie quotidienne de la commune, en sponsorisant, par exemple, une équipe de football.

Avec la même vision, Bernard Fath, conseiller général, a parlé de « racine identitaire », affirmant que « pour savoir où aller, il faut savoir d’où on vient » et de l’importance d’une telle manifestation pour que nouveaux et anciens habitants partagent la même histoire.

Diversité

Durant neuf jours, l’espace culturel a donc ouvert ses portes sur la vie de la papeterie, de son site, de la sacherie et plus largement sur l’arbre et le papier. Ce travail de mémoire a été réalisé par la commission de la culture et la bibliothèque municipale aidées de François Lalanne, conseiller municipal, et Christian Tartas.

Depuis le mois de juin 2005, les élus beautiranais ont effectué un gros travail de recherche de documents, de témoignages auprès des anciens salariés qui ont volontiers apporté leur concours. Il a fallu ensuite faire la synthèse de ces rencontres, trier les photos, écrire les textes...

Pour traiter le sujet de la papeterie dans sa globalité, il a été également décidé de l’étendre à l’arbre. Une exposition, louée à la Maison de la nature de Gradignan, permettait à chacun de découvrir les différentes essences, les endroits où on les trouve. Parallèlement, un atelier de fabrication du papier à base de papier usagé était proposé grâce au Muséum d’histoire naturelle. Les enfants, venus en nombre à cette exposition, ont particulièrement apprécié cette animation. 
On pouvait également découvrir des toiles prêtées par la Ville de Mérignac ou encore des maquettes, notamment celle d’un courau (une sorte de gabare), prêtées par les Chantiers de Tramasset. 
Nombreux sont ceux qui ont apporté leur concours pour que cette manifestation soit particulièrement réussie. 
L’école primaire de Beautiran a travaillé sur le sujet : la classe de Carole Katselis a réalisé les dessins du marque-page offert lors de la visite à chaque personne, la classe de Laure Parrou a créé un arbre bleu, tandis que les enfants du CM2 de Philippe Bailly ont montré leurs travaux sur le papier recyclé.

Si l’exposition était proposée au public durant deux week-ends, l’espace culturel est resté toutefois ouvert la semaine pour l’ensemble des élèves de l’école primaire et la grande section de maternelle, permettant à chaque classe de découvrir le patrimoine de leur commune et d’apprendre ou de revoir leurs connaissances sur les arbres par le biais de questionnaires. 
Pour accueillir tout ce monde, les élus beautiranais s’étaient mobilisés. Les animatrices de la bibliothèque sont venus apporter leur aide ainsi que des adhérents de l’Association des Parents d’élèves et des administrés.

Au total, ce sont près de 500 personnes qui sont venues voir cette exposition, consacrée à la papeterie de Beautiran.

 

L’histoire du site de la papeterie

 

Soucieuse de transmettre l’histoire de l’industrie de la papeterie de Beautiran, les élus ont travaillé d’abord sur l’histoire du site de la papeterie.

Après les seigneurs de Lalande, ce sont les De Pontac, puissante famille du Bordelais qui ont possédé la baronnie de Beautiran de la fin du XVIe siècle (vers 1560) jusqu’en 1760. Ils ont acquis, ou fait construire, une gentilhommière sur les bords du « Gua-Mort » avec des dépendances et un moulin à blé sur l’Estey. L’ensemble, qu’on appelait alors « château de Beautiran », servait à la défense de l’entrée du port de Beautiran et de Castres, mais aussi, à percevoir des droits sur la pêche et le péage. Ce petit château figure sur la carte de Belleyme de 1785. Dans « Les Variétés Bordelaises » de 1785, l’abbé BAUREIN parle d’ « un château qu’on prétend avoir incendié et dont les restes subsistent au bord de l’estey de la marée... » Il est vraisemblable que, pendant les troubles de la Fronde et les durs conflits sur le fleuve qui firent rage en 1650 entre l’Isle Saint-Georges et Cadillac, ce château ait pu être sérieusement endommagé comme beaucoup d’autres des bords de Garonne.

Il y a tout lieu de penser que, après avoir appartenu aux De Pontac, ce soit la famille De Saige, nouvelle baronnie du village, qui serait ensuite devenue propriétaire du site. En effet, il apparaît que c’est Guillaume Joseph de Cazeaux, héritier de cette famille, qui vendit, en 1796 et 1797, le domaine de Lalande de Beautiran et le domaine de Sansaric à Castres, à Jean-Pierre Meillier et Cie qui créera la manufacture d’Indiennes de Beautiran ; mais également le moulin et le château de Beautiran à Jean Barreau, meunier. A cette époque, on parle de « moulin à eau et à deux meules et d’un domaine où on y produit du vin et des fruits ».

A la mort des époux Barreau, en 1828, le site est acheté, par adjudication et après de longues enchères publiques, par David Verdonnet, consul de Suisse à Bordeaux, associé et beau-frère de Jean-Pierre Meillier, l’indienneur. Il deviendra par la suite, avec son fils, après 1821, propriétaire de la Manufacture des toiles de Beautiran. Dans l’acte de 1828, l’ensemble du site du château de Beautiran est décrit comme « une maison de maître dont une partie a été récemment bâtie, un moulin à blé avec deux meules, situé au midi de la maison de maître et à peu de distance de l’Estey de Beautiran. Au devant de ce moulin est un escalier en pierre avec une main courante en fer. Une partie du moulin est pavée de pierres de Barsac, avec une porte donnant sur l’Estey, par où viennent charger et décharger les bateaux ». Le château, quant à lui, est décrit comme « un vieux bâtiment à un étage dont les pièces sont inhabitables... couvert de tuiles plates en bon état ». Le domaine comprend également divers bâtiments agricoles, une pièce de vigne, une prairie et une aubarède (culture de l’osier dont les rameaux, qu’on appelle ici « vime », servent à lier la vigne).

Après sa vocation de moulin à blé, le site, très endommagé, est passé par plusieurs mains et a changé sa destinée première. A partir de 1840, plusieurs facteurs lui sont favorables : 
 le site comprend beaucoup de dépendances abandonnées 
 il se trouve à proximité du port de Bordeaux 
 le port de Beautiran est un des plus importants en amont de Bordeaux 
 le Gua-Mort est alors praticable par les gabares jusqu’au port de Castres Toutes ces raisons font qu’un ancien droguiste de Bordeaux, M. DESPAX, va établir en ce lieu une fabrique de crème de tartre. Puis, il construit une maison bourgeoise et une usine pour le décorticage du riz et l’effilage des bois de teinture. La Statistique de France indique qu’en 1852, l’effilage de Beautiran a produit pour 100 000 Francs d’affaires. Cette production industrielle a dû certainement être assez importante car dans « La Gironde » de A. JOANNE, de 1877, dans la rubrique « Industries », sont signalées les usines à bois de teinture de Beautiran.

En 1869, E. GUILLON décrit, après sa visite en 1868, dans « Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde » : « Le château sert de magasin à cette industrie, il est dans un état déplorable de conservation, ses chambres sont pleines de sacs de riz et de crème de tartre, sa cour est encombrée de monceaux de bois de campêche. C’est une grandeur déchue, c’est un grand seigneur devenu manufacturier !... » On sait, en effet, toujours d’après la description de GUILLON à cette époque, qu’il reste « un corps de logis rectangulaire à toit conique, avec des gargouilles, des fenêtres avançantes, des cheminées vastes et sculptées dans le goût de l’époque. Le corps de logis est encore entouré de murailles dans lesquelles s’ouvrent des embrasures basses, pour armes à feu ».

En 1913, A. REBSOMEN, dans « La Garonne et ses Affluents de la Rive Gauche de La Réole à Bordeaux », ne parle plus des murailles mais remarque aussi « le toit à angle aigu soutenu par un pignon aux rampants ornés de crochets et des fenêtres à meneaux et à traverses décorées de moulures ». Il ajoutera que « cette habitation englobée dans une importante usine de superphosphates que dirigent Mrs ULRICH et CORNETTE, court de grands risques de disparaître, sacrifiée aux exigences de l’industrie moderne ». En effet, en 1910, Georges ULRICH et Henri CORNETTE, sous la raison sociale ULRICH & CORNETTE, avaient ouvert une usine de produits chimiques pour la fabrication de l’acide sulfurique et de leurs dérivés, de superphosphates et d’engrais composés. Cette production ne dura que peu de temps. Le site fut, en partie, désaffecté mais les diverses industries qui l’ont occupé depuis le milieu du XIXe siècle, l’ont progressivement démoli et transformé.

En 1924, la SA « Le Kraft Français » rachète l’ensemble, va le transformer à nouveau et l’équiper pour créer une papeterie.

C’est alors une nouvelle aventure.

Après sa visite, vers 1950, le professeur Paul ROUDIE, dans « L’activité artistique à Bordeaux, en Bordelais et en Bazadais », décrit avoir vu, entreposés dans l’actuelle papeterie, « des fragments importants de la décoration du pignon : fleuron, morceaux du faux-chevron hérissé de crochets et extrémités des faux-chevrons avec des animaux monstrueux mutilés ». Il juge alors ces restes antérieurs à 1572.

A cette époque encore, il restait un bâtiment qu’on appelait « la chapelle », vraisemblablement l’ancienne chapelle du manoir ; et ce bâtiment, ainsi que les dernières pierres qui subsistaient, auraient été détruits en 1952.

Quelques pierres ouvragées auraient été entreposées dans le parc du château de Martignac, qui, à l’époque, était la demeure de fonction du directeur des papeteries. A ce jour, il ne subsiste plus que les fondations du moulin du Gat-Mort, très envasées. Il est toujours intéressant de remarquer que ce lieu porte encore sur le plan cadastral, la mention « le château ».

 

L’histoire de la papeterie et de la sacherie de Beautiran

 

D’après une carte postale, qu’il est possible de dater d’environ 1912, il semblerait que le site ait déjà servi pour une « usine à papier » à cette époque.

Mais, en 1924, le site du château de Beautiran est de nouveau désaffecté et les bâtiments sont rachetés par la société Le Kraft Français pour créer, en 1925, une usine à Beautiran, qui fabriquera de la pâte à papier à base de vieux papiers. En 1925, également, la société Ch. LORILLEUX et Cie de Paris avait créé, dans un bâtiment situé le long du Gat-Mort, au lieu-dit Les Ponts, une fabrique d’encre d’imprimerie. Cette exploitation ne durera que quelque temps et le bâtiment sera racheté et servira de dépôt par la suite pour la papeterie et la sacherie.

En 1932, l’usine de Beautiran ferme. Par délibération du 5 juin 1932, on apprend que la commune vote la création d’un fonds de chômage.

En 1936, la société MORQUIN-MUGUET de Paris, spécialisée dans la transformation du papier, reprend l’ensemble pour créer la papeterie de Beautiran.

En effet, la situation du site est particulièrement intéressante grâce à la proximité du port de Bordeaux, de la gare de Beautiran (d’ailleurs un embranchement de particulier sera créé pour la papeterie) et de la connexion avec la ligne des Chemins de Fer Economiques qui servira à l’importation du lignite d’Hostens, pour chauffer le four, et de la pâte à papier en provenance des Landes. C’est en 1938 que l’on verra la création d’une usine de transformation, la sacherie. C’est également à la même époque que la papeterie de Beautiran va créer un stade privé dans son site même, réservé au personnel de l’usine et à leur famille ; installation assez remarquable pour l’époque.

Pendant la période de la guerre, il semblerait que la papeterie ait tenté de fabriquer sur place de la pâte à papier avec du bois, mais cette expérience ne se poursuivra pas car elle s’avèrera vite infructueuse. On apprend également que, pendant la dernière guerre, compte tenu de l’intérêt économique et stratégique que représentaient la papeterie et la gare de Beautiran, une garnison allemande s’est établie dans le village. A la sortie de la guerre, il serait resté une dizaine de prisonniers allemands qui auraient été, alors, employés à la papeterie.

Toujours dans cette période difficile, vers 1943, la papeterie construira le barrage sur le Gat-Mort, situé près de la propriété du Couloumey qui servira à entretenir l’Estey et à réguler ses eaux, notamment pour la fabrication du papier blanc.

La papeterie de Beautiran possédait deux machines principales. Une de ces deux machines, la numéro 2, semble-t-il, aurait été arrêtée pendant la guerre mais elle a été relancée en 1950. A cette époque, les deux unités de Beautiran, la papeterie et la sacherie, sont en plein essor et à elles deux, vont employer entre 300 et 320 personnes. Il convient aussi de noter que M. SCHNERB, directeur de la papeterie de Beautiran, depuis l’ouverture en 1937 et jusqu’à la guerre, a supervisé depuis 1948 et pendant quelques années, une petite usine de transformation de papier qui faisait partie du groupe « CENPA ». Elle était située au quartier du port de Portets et employait environ une quarantaine de personnes.

Si, depuis la reprise, on a construit pas mal d’extensions, on constate, au début des années 50, que l’ancien moulin comportait encore une grande partie de son mécanisme avec sa roue. Malheureusement, à cause d’une concurrence assez vive de l’Europe du Nord et du Canada, et de ses équipements assez vétustes, la Société Nouvelle des Papeteries de Beautiran, qui faisait alors partie du groupe Papeteries de Gascogne fermera ses portes en 1978.

Par ailleurs, la sacherie, à l’époque SONOSAC (Société Nouvelle de Sac) avait passé des accords commerciaux avec la société CENPA et deviendra SONALSAC SA. Elle aura une usine « jumelle » pendant quelque temps en Alsace, à Schweighouse sur Moder.

Cette usine deviendra, le 1er janvier 1984, ROCHETTE-IMAGE-INDUSTRIES jusqu’à sa fermeture fin 1985.

Cette sacherie sera finalement reprise le 1er avril 1986 par MINGAUD de Saint-Junien et va reprendre le nom de SONALSAC. A cette époque, elle occupera encore jusque 35 à 40 personnes, mais malheureusement, elle devra de nouveau fermer et, cette fois-ci, définitivement le 15 septembre 1999.

La papeterie et la sacherie de Beautiran ont pu être considérées pendant de longues années, comme un des employeurs les plus importants du Sud-Gironde. En effet, si elles ont fait travailler un très grand nombre de Beautiranaises et de Beautiranais, elles ont également contribué à employer beaucoup d’habitants de plusieurs villages environnants de Saint-Médard d’Eyrans à Portets.

Il faut aussi noter, par ailleurs, que ces deux usines ont participé à l’animation de Beautiran et de Castres. On peut citer, entre autres, des journées-repas offertes par la direction, des sorties organisées par le comité d’entreprise, des moments forts pour des remises de médailles du travail, des Noëls de l’après-guerre dans la papeterie même, avec des spectacles de grande qualité qui se tenaient dans la salle des bobines, transformée en salle de spectacle pour l’occasion. Il est encore dans les mémoires qu’elles ont également sponsorisé l’ASPB, club de football de Beautiran, en faisant une équipe de très haut niveau régional dont l’apogée a été la finale de la coupe du Sud-Ouest au stade municipal de Bordeaux en 1948. On peut aussi signaler que c’est Mme GUEDEN, épouse de Pierre GUEDEN, à l’époque directeur de l’ensemble papeterie-sacherie, qui, en 1953, a repensé et réaménagé tout l’intérieur de l’église Saint-Michel de Beautiran.

 

Label espoir 1 an
sylvain billaut a signé le livre d'or plus de 6 ans
St Sym-Louchats 2 / U13-2 - U13 Série 1 et U13-1 - U13 poule B / Mazères-Roaillan ES : résumés des matchs plus de 6 ans
U13-2 : nouveau joueur plus de 6 ans
U13-2 : nouveau joueur plus de 6 ans
U13-1 : nouveau joueur plus de 6 ans
U13-1 : nouvel encadrant plus de 6 ans
Christophe Merlin plus de 6 ans
Soirée parrainages plus de 6 ans
Les matchs du Week-end plus de 6 ans
Galerie du 18/09/2012 : nouvelles photos plus de 6 ans
U13-2 : nouveau joueur plus de 6 ans
U13-1 : nouveau joueur plus de 6 ans
U13-1 : nouveau joueur plus de 6 ans
U13-1 : nouveau joueur plus de 6 ans

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Joueur
  • 2 Supporters

LES RÉSULTATS DU CLUB

 

semaine du Lundi 10.09.2012 au Dimanche 16.09.2012

 

 COUPE RÉGION.U18 ETS FOUCHY 

Samedi 15 septembre 2012 - 15H30

     Belin Beliet F.C.  0 - 6  Montesquieu Fc

 

 FEMININES P.H. POULE A

Dimanche 16 septembre 2012 -

 Penne St Sylvestre 9-2  Montesquieu Fc


   COUPE DE LA REGION AQUITAINE 

Dimanche 16 septembre 2012 

  Sauveterre As 1-1 Montesquieu FC

                       Tab 5-4

Tous les tournois